Les vacances d’Hymhyx, chapitre 2 : A la taverne du loup de mer

A la taverne du loup de mer, il y a un seul maître « Tolardier » un gobelin robuste à qui on ne la fait pas, et ce soir il avait besoin de toute son autorité. Devant l’afflux de touristes en cette période estivale il trônait devant son registre, laissant passer ceux qui avait réservé leur chambre avec un sourire lorsque ceux-ci montraient leur bourse, et rejetant fermement ceux qui quémandaient un abri sous des prétextes aussi fumeux que fantaisistes. Pour les plus insistants deux pirates musclés se chargeaient de faire débarrasser le plancher aux gêneurs.

Je passais donc avec un signe, et allait poser mes malles dans la chambre qui m’attendait.
J’ouvrais les persiennes et l’odeur iodée envahit mes narines tandis que le coucher de soleil
sur le pain de sucre de baie du butin s’étalait devant mes yeux.

Installé je descendais dans la salle commune, et à peine étais-je entré dans celle-ci qu’une furie brune se jetait sur moi en poussant des hurlements à faire dégainer une armée de garde. Reprenant mon souffle j’étreignais affectueusement Catelyn qui me le rendit bien.

Les personnages masculins de la salle étaient fort surpris, la donzelle n’étant pas réputée pour son caractère affable. Certains auraient peut être tenté leur chance mais la perspective de terminer entre deux eaux au large de la cote ne les encourageaient pas beaucoup. Son surnom de Catelyn « la lame » non plus, et l’on murmurait doucement sur son passage qu’il valait mieux être de son coté
Pour moi c’était toujours la fillette en couettes que je voyais courir sur les quais lorsque je partais en bordée avec son père, une autre figure de la vie maritime de la baie.

Catelyn, nos effusions terminées, et reculant d’un pas pris un air navré, me reprochant ma tenue un peu trop guerrière encore à son gout .Elle m’arracha la promesse que le lendemain nous irions nous stuffer plus baignade dans la galerie marchande de Baie du Butin.

Attirés par les cris d orfraies de leur amie, Whiskey Slim et Deeg mes deux autres compères firent irruption dans la taverne. La soirée commençait sous de fort bon auspices, mais surtout avec de belle chopes moussues que Tolardier l’aubergiste nous apportait avec l’air satisfait du commerçant qui sent que la saison commence …

Le lendemain je me levais un peu tard, cherchant à rassembler mes souvenirs qui étaient devenus de plus en plus flous à mesure que la soirée avançait. En bas des escaliers qui menaient au comptoir m’attendait Catelyn. Me rappelant ma promesse elle m’emmenait aussitôt pour nôtre séance shopping sur les quais du port.

Nous cheminâmes donc sur la jetée de bois jusqu’à l’entrée de la galerie marchande de l’ancienne capitainerie. Ici disait-elle nous trouverions notre bonheur. En effet, chez un armurier à l’enseigne prometteuse « plaies et bosses S.A » je trouvais tous un assortiment de tongs, caleçons de bain et autres accessoires de plage variés. Après quelques essayages j’optais pour une paire de sandales en cuir de kodo,un short de bain violet a fleurs jaunes et un chapeau de paille avec un bonus de plus deux en charisme. J’invitais ensuite ma piratesse à déjeuner chez Keysley Yance le cuisinier réputé ou je la régalais de délice de sargerelles et d’ardeur de palourdes géantes. C’est au cours de ce déjeuner qu’elle me parla du projet de notre soirée : un pique-nique sur l’ile des Jagueiros.

Laisser un commentaire